Nous élargissons les possibilités d’utilisation du verre bombé

Le verre bombé n’a pas de secret pour Lerobel. Depuis les années 80, nous transformons et traitons le verre sur mesure pour vous. Mais outre son rôle architectural, le vitrage bombé remplit bien entendu aussi d’autres fonctions. Il n’y a pas si longtemps encore, il était quasiment impossible d’attribuer les mêmes fonctionnalités aux verres bombés que celles d’un verre plan. C’est désormais possible grâce aux couches adéquates. Nous élargissons ainsi les possibilités d’utilisation du verre bombé dans vos projets. Une couche est une accumulation de minuscules couches d’oxydes métalliques, des milliards de liaisons entre métal et oxygène.

Nous appliquons cette couche à l’intérieur du côté creux du verre. Couche par couche. À commencer par une couche d’adhérence pour terminer par une couche de protection. Les couches intermédiaires sont définies par votre projet. Les propriétés des oxydes sont en effet spécifiques pour chaque métal. En fonction du matériel de base, une couche peut être antireflet, isolante ou avec contrôle solaire.

En quoi consistait alors le défi ? C’est très simple. Pour pouvoir bomber le verre, nous devons l’échauffer à des températures supérieures à 600°C. Des températures auxquelles les couches ne résistent pas. Conséquence : la couche se dégrade avant même que nous puissions entamer le processus de bombage.

Aujourd’hui, nous sommes enfin parvenus à relever ce défi.

En ajustant les températures avec une précision extrême. En affinant notre processus de refroidissement. Et grâce à notre très longue expérience du verre en tant que matériau de base.

Le résultat est que nous repassons les limites du possible. Et que les possibilités d’utilisation du verre bombé dans vos projets deviennent infinies.

© LEROBEL 2020